Jazz Fusion Funk Et Plus

Forum de discussions à propos de tous les jazzs et musiques associées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Lun 05 Juil 2010, 22:11

J'écris un petit mot dessus tout vite... En attendant,
http://www.youtube.com/watch?v=cNvSX1CFp8o&feature=related

Je vous conseille fortement de cliquer... affraid What a Face
(en plus il y a le bouton vuvuzela, enfin c'était bien sans ça aussi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Lun 05 Juil 2010, 22:56

Outch ! c'est magnifique ! Merci

(ah il te plait ce bouton vuvuzela hein ! Smile )

_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Lun 05 Juil 2010, 23:01

Le bouton me plaît mais pas autant que l'instrument lui-même joué live... J"ai vu aussi sur framrock un lien vers vuvuzela fm, mais ils se contentent de passer en boucle (mal bouclée) toujours le même échantillon de 30 secondes, ce qui n'est pas tout à fait la même chose que ce qu'on nous donne à entendre sur les stades...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Lun 05 Juil 2010, 23:30

Sinon, à défaut de vuvuzela, il y a ça qui n'est pas mal non plus, plus fruité, moins dronien...
Smile

http://www.youtube.com/watch?v=FUBG243GOhs


_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Lun 05 Juil 2010, 23:32

Ces mecs avec leurs gros instruments rutilants ont clairement un truc à compenser ailleurs... Bon je finirai Muhal demain je crève de chaud devant l'ordi là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Lun 05 Juil 2010, 23:45

Héhé
Chaud ? te faudrait un bon petit diet Coca tiens, moi, c'que j'en dis hein...

Fred Anderson, celui qui est dcd le matin même où on était à Muhal Richard Abrams, chaud...

http://www.youtube.com/watch?v=1IRVXsUhg6Y&feature=related




_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Dim 11 Juil 2010, 17:28

Vision Festival XV, Abrons Arts Center, New York, jeudi 24 juin 2010

Muhal Richard Abrams – piano solo

-

Lifetime trio

Joseph Jarman – sax, flute...
John Ehlis – guitare
Rob Garcia – batterie

Muhal Richard Abrams trio

Muhal Richard Abrams – piano
Ari Brown – sax tenor
Harrison Bankhead – basse

Chaque soir à New York, pour l'amateur qui a pu garder dix ou vingt dollars en poche, le même dilemme se pose : il ne s'agit pas de savoir si tel ou tel concert vaut le coup, mais plutôt de choisir parmi tous ceux qui nous sont proposés lequel sera le plus inouï, ce qui nécessite parfois de savants calculs, prenant en compte ses préférences musicales propres, mais aussi le lieu du concert – en fonction de celui du set précédent ou du suivant - l'âge du capitaine, ou l'appétence de ce dernier à tourner en Europe. Assister à un show de Mike Stern, c'est bien; le faire accoudé au comptoir du bistrot du coin de la rue, une Brooklyn Lager dans chaque main, c'est autre chose. Aller écouter Fred Hersch pour son dernier soir au Village Vanguard, c'est se donner la chance de brancher directement ses oreilles sur les battements du cœur d'un héros bien fragile. Ce jeudi soir, il n'y a pas vraiment eu de débat pour savoir s'il était judicieux d'échanger deux barils de beau piano (au Stone, Uri Caine, aucune chance d'être déçu, et le jeune mais tout aussi génial Jacob Sacks, du Dan Weiss trio) contre un seul de Muhal Richard Abrams, légende chicagoane dont, hum, j'ignorais l'existence jusqu'à la veille. Merci, donc, à Dominique et Sylvie pour cette magnifique quoique tardive découverte - Caine et Sacks, vu leur talent, on les entendra encore bien des fois et sans doute même de plus en plus de ce côté ou de l'autre de l'Atlantique.

La soirée commence bien étrangement par une annonce de l'un des organisateurs, qui s'excuse presque de ne pas pouvoir nous proposer le concert du sax Fred Anderson prévu en deuxième partie de soirée, Anderson étant... décédé le matin-même. Difficile, par la suite, de ne pas entendre dans le set d'une quarantaine de minutes en solo du pianiste un tombeau poétique joué à la mémoire de son collègue.Chaque note d'Abrams, ce soir, est lestée d'une gravité, au sens newtonien comme au sens émotionnel, que je n'ai retrouvée chez aucun des autres (grands) pianistes entendus tout au long de cette semaine new new-yorkaise. Il y a bien, pourtant, quelques similitudes formelles entre l'entame de ce concert et celle du set solo de Craig Taborn la veille (très beau également), notes uniques, détachées, minérales, jouées de la main gauche, mais alors que chez Taborn, elles emplissent calmement l'espace de volutes enveloppantes, et nous entraînent toujours du côté du plaisir simple de goûter les sons, celles d'Abrams s'effilent, s'affûtent, et finissent par nous clouer sur place. Il faudra de très longues minutes, peut-être même un tiers du concert, pour que le pianiste commence prudemment à s'aventure hors de ce registre grave. Profondeur - chaque note creuse un lit pour la suivante. On pourrait distinguer Abrams du commun des pianistes par cette patience avec laquelle il met progressivement en sons ses idées, comme si elles filtraient goutte à goutte à travers la roche. En fait, on a même l'impression que cet homme, par sa musique, est carrément capable de stopper le cours du temps. Ces résonances, ces angles qu'il fabrique s'enfoncent vers un infini sans enchantement, cathédrale sans dieu aux arches coupantes, froide comme l'est un caveau. Abrams ne s'appuie pas systématiquement, comme un Morton Feldman, sur le silence ou la lenteur pour développer cette ambiance. Ce qui marque d'abord, ce sont les harmonies abruptes qu'il crée, évoquant beaucoup plus Boulez que la trinité « Lionel Hampton, Scott Hamilton, Duke Ellington » chère à Michel J. C'est d'ailleurs ma très grande faute, et je m'en suis vite repenti, d'avoir un instant imaginé que ce monsieur noir d'âge vénérable allait jouer du jazz au sens où on l'entend habituellement. Autres grands absents du concert, le swing, le groove - cette musique n'apparaît pas dans le but de titiller nos attentes rythmiques, ou de nous propulser vers où que ce soit. Pas abstraite pour autant, elle nous invite à une introspection, sans complaisance, ni inconfort délibéré, et à aucun moment, l'austérité formelle de ce long morceau en solitaire n'a occulté l'évidente connaissance profonde de la nature humaine de son auteur.

Par quoi remplacer le concert de Fred Anderson? Les organisateurs ont vite tranché : par rien. Comme dans la vie en dehors des salles de spectacle, rien ni personne ne saurait réellement prendre la place d'un disparu. Dix minutes de silence, dans l'obscurité. Léger halo sur le visage de Muhal, debout, aussi magnifiquement digne dans le silence qu'il l'a été dans la musique. Tout le monde, à commencer par ceux qui, comme moi, n'avaient pas l'heure de connaître cet autre grand bonhomme, se tient à carreaux.

Le temps d'aller engloutir un sandwich, le concert suivant a commencé sans nous. Sur scène, l'ascète au piano a laissé place à trois hurluberlus, tellement peu glamour avec leurs chemisettes taillées dans un vieux fute de Johnny Clegg et leurs calvities partielles de voisins d'en face, qu'ils en seraient presque rock'n'roll. Autour d'eux s'étale tout un fatras de percussions et de machins. De temps à autre, John Ehlis, le guitar anti-hero du trio, pose son noble instrument et descend de sa chaise pour aller taper sur des claves, ou sur d'autres babioles sonores, petits rythmes de bric et de broc accompagnant les mélodies de Joseph Jarman. C'est une autre dimension – la dimension horizontale, si on veut - de la vie des hommes : Abrams, perché/penché sur son piano, semblait sonder nos âmes, le Lifetime Trio voue visiblement son existence à la célébration des petits plaisirs épars du quotidien. Quelque part au milieu du concert, Jarman nous chante un Blues for Zazen particulièrement cool – passer une partie de son temps simplement assis sur un coussin rond l'aide sans doute beaucoup à aplanir les hiérarchies conventionnelles entre grande musique et petites chansons, rythmiques d'ici et d'ailleurs, virtuosité et bricolage sonore, et le charme de la musique de son groupe repose en grande partie sur ce rapport on ne peut plus détendu à la musique, et à la vie en général.

Retour d'Abrams pour finir la soirée, également en trio, et curiosité de découvrir comment une musique aussi intériorisée que celle qu'il nous avait offerte peu avant allait pouvoir s'enrichir sans se trouver alourdie par l'irruption de deux autres musiciens. La réponse, dans le line-up : Muhal Richard Abrams, piano, Ari Brown, saxophone ténor, Harrisson Bankhead, basse. Basse et saxophone, comme deux appendices naturels aux extrêmes du clavier, et pas de rythmique tonitruante pour dénaturer la pulsation intérieure du pianiste. J'aimerais pouvoir en dire plus sur la musique elle-même, mais j'ai malheureusement piqué du nez aux premières notes, et je ne garde de cette dernière partie qu'un souvenir en creux comparable à celui des rêves dont on sait juste, au réveil, qu'ils ont été bien agréables. La faute sans doute à la chaleur écrasante de cette journée, et à la fatigue accumulée au cours de ce début de séjour trépidant. New York City est peut-être la ville qui ne dort jamais, il n'empêche que tous ses passagers permanents ou temporaires, eux, ont besoin de cligner des yeux toutes les dix secondes et d'un peu de sommeil de temps en temps. A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Dim 11 Juil 2010, 18:03

Miam ! Merci pierrou, belle et précise chronique où les choses se remettent naturellement en place, un peu comme si nous y avions été hier soir. Ce que nous a offet Muhal en première partie est tout simplement géant, tu l'as parfaitement décrit, les angles, les abysses et la gravité, le bois, la respiration, le respect, le souvenir et l'hommage à Fred Anderson.
Je ne me suis pas forcément moins assoupi que toi lors du troisième set mais j'en retiens encore Muhal et une forte intériorité de cathédrale, comme tu le soulignais très justement aussi pour le premier set. Muhal m'a fait penser à une cathédrale, mais sous-terraine. Ari Brown est un magnifique souffleur libertaire que je connaissais très peu et découvrais réellement ce soir là. Il m'a complètement séduit par l'élégance de sa course vers l'avant, en quête de toute opportunité de fuite vers la liberté, en de petites touches, plus des sortes de petits sauts réagissant les uns par rapport aux autres que d'amples foulées certes plus élégantes mais qui n'aurait pas été à propos dans ce contexte. Il semblait s'agir plus de roches, d'herbes, de terres et d'humus odorants que de cieux étoilés, même si Fred, tout là haut, peut-être...
Quant' à Harrisson Bankhead, parfaitement associé au deux autres musiciens et non simple contrebassiste, il m'a confirmé tout le bien que j'avais pensé de lui il y a quelques années en accompagnement de Dave Burrell puis, plus récemment, dans l'excellentissime trio de Nicole Mitchell, flutiste de chicago, de la même mouvance AACM, où Hamid Drake battait tambours d'exception, les trois s'envolant vers de bien libres firmaments...

_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Dim 11 Juil 2010, 18:34

J'avais pas l'impression d'avoir dormi tout le temps mais c'est vraiment le noir complet quand j'essaie de me souvenir du troisième concert... Berceuse de luxe en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Dim 11 Juil 2010, 20:06

Tu m'étonnes !
Smile

_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Lun 12 Juil 2010, 17:17

Muhal Richard Abrams - The Visibility Of Thought

Duet For Contrabass, Violin, baritone and Piano, and solo ...

Musique grave et intense, vraiment magnifique, outch !

http://www.deezer.com/fr/#music/muhal-richard-abrams/the-visibility-of-thought-150131


_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Mar 13 Juil 2010, 21:21

Oui et en plus le violoniste sur ce CD c'est Mark Feldman!! Hé ouais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   Mar 13 Juil 2010, 22:44

Héhé !!
Smile
C'est p'tèt pour ça que c'est si bon !

Egalement écouté ce magnifique Spectrum , avec Roscoe Mitchell et le Janacek Philarmonic, grande musique...

http://www.deezer.com/fr/#music/muhal-richard-abrams-roscoe-mitchell/spectrum-566322


_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010   

Revenir en haut Aller en bas
 
Muhal Richard Abrams, Vision Festival 2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crossroads festival 2010
» Sebastopol au One Man Band Festival Paris 19 et 20 nov 2010
» BANG YOUR HEAD!!! 2010
» GANGES 2010
» Roadkill Festival 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jazz Fusion Funk Et Plus :: Nous aimons, nous jouons et nous sortons ... :: Et les concerts ?-
Sauter vers: