Jazz Fusion Funk Et Plus

Forum de discussions à propos de tous les jazzs et musiques associées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ten Years After, chez Paulette, Pagney derrière Barine 19/10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Ten Years After, chez Paulette, Pagney derrière Barine 19/10   Lun 18 Nov 2013, 00:05

Setlist dont le morceau le plus récent date visiblement de 1971 ? Check.
Anecdotes à la Jean-Claude Brialy sur Jimi Hendrix et Janis Joplin entre les morceaux ? Check.
Musiciens mi-chauves mi-chevelus (chauvelus ?) et bedonnants - sauf un qui est jeune et porte des T-shirts moulants ? Check.
Chanson-hommage au membre fondateur mort qui avait participé à la reformation précédente mais avait refusé de se joindre à celle-ci ? Check.
Solo de basse, solo de batterie ? Check. Check.
Moustaches sur scène et dans le public ? Check.
Medley complaisant de riffs de vieilles chansons connues (Hey Joe, Smoke on the Water…) ? Check.
Bassiste qui au lieu de tenir bêtement et logiquement le rythme au fond de la scène tient le crachoir et joue les chefs d’orchestre, puisque les autres membres d’origine sont en retraite ou décédés ? Check.
On est donc bien en présence d’un authentique groupe de vieux, en l’occurrence, Ten Years After, dix ans – justement - après leur re-reformation sans Alvin Lee, mais avec le jeune prodige Joe Gooch à la guitare et au chant. C’est surtout lui que j’avais envie de découvrir ce soir - fine gâchette, le gars, à ce qu’on dit. Si le groupe avait joué par chez nous dans sa formation d’origine (hypothèse devenue très improbable depuis mars dernier), j’aurais sans doute passé mon samedi soir chez moi devant W9 plutôt que chez Paulette, à Pagney derrière Barine. Respect à Alvin Lee, mais aller s’exciter à notre époque sur les prouesses du guitariste le plus rapide de l’an 1969 reviendrait un peu à continuer de ne jurer que par les minitels et les Citroën BX (belle voiture au demeurant, la BX). Le successeur d’Alvin a trente-six ans, et il n’a pas découvert le rock de Chuck Berry sur un énorme poste de radio à lampes dans le salon familial. Il n’a pas fait ses premières armes  en même temps que les Beatles au Star Club de Hambourg. Ses parents lui ont payé des cours de guitare quand il était gosse, il a vécu Woodstock un million de fois depuis son canapé, et ses premiers contacts avec Leo Lyons et sa bande ont dû se faire par disques compacts de la médiathèque interposés. Il a fréquenté virtuellement Alvin Lee, Page et Hendrix en même temps que Django Reinhardt ou Steve Vai. Les temps changent, et la course à la virtuosité et la rock’n’roll attitude ont atteint des extrêmes si ridicules dans les années 70-80 qu’un bon guitariste de la génération de Joe Gooch n’a le choix qu’entre deux options lorsqu’il monte sur une scène : se vautrer dans les clichés en jouant la carte rockstar au dixième degré (tel le jeune et gesticulant troisième gratteux du Blue Öyster Cult, subi en août dernier à Colmar),  ou bien envisager son imposant bagage culturel et technique comme un simple outil au service d’une vision musicale plus large, plutôt que comme une fin en soi. Laissant les fringues en cuir, les duckwalks et les poses de dieu grec aux ringards, Gooch opte pour la sobriété - pantalon noir, chemise cintrée et petit chapeau, se plante face à son micro et n’en bougera guère de tout le concert, si ce n’est pour troquer sa Strat contre une Les Paul, quelque part au milieu du show. Le groupe démarre sur le genre de blues rock bien générique qu’on imagine, mais il y a un truc en plus, une finesse, c’est comme goûter une purée de patates, mais préparée par un grand chef, et trouver ça excellent. Des motifs subreptices apparaissent en filigrane à travers les riffs épais du groupe, parfois une note du flux attire notre attention, qui sort de l’ordinaire pentatonique, qui déjoue nos attentes, arrivant un peu trop tôt, ou plus tard que prévu, ou qui roule et vient s’éteindre avec élégance contre le mur de la rythmique. Ça peut être boogie et devenir aussi vibrant et vivant que les traces de la brosse à la surface d’un Mondrian, clairement, tout est fait à la main et la main est habile. Les trois membres d’origine, basse, batterie, orgue, ont conservé une relative modestie de bon aloi, conscients d’être avant tout une section rythmique, un écrin pour leur soliste. Ce que même les best-of du groupe ont du mal à mettre en évidence aussi, c’est que le répertoire du groupe comporte quand même une poignée de super bonnes chansons. Rien qu’au titre, on se doute bien que des machins comme « Choo choo Mama » ou « Love Like a Man » sont des rocks interchangeables et un peu bof, surtout prétextes à jouer de la guitare vite et fort, mais il y a aussi au milieu de tout ça une ou deux perles psyché, 50000 Miles Beneath My Brain ou I’d Love to Change the World. La première prend progressivement possession de nos corps  au moyen d’une subtile accélération, qui existait déjà dans la version orginale de 1970, mais arrive quand même à nous prendre par surprise cette fois. La seconde est l’un des classiques du groupe, que Gooch se réapproprie avec une assurance tranquille, délaissant la gratte hippie et le falsetto de l’original pour quelque chose de plus moderne, sans abîmer le morceau pour autant. Alors OK, la checklist «  vieilles gloires sur le retour » est intégralement validée, mais à la fin du show, ce n’est pas le plaisir nostalgique qui domine, mais l’impression d’avoir profité de presque deux heures de musique qui vit, qui palpite, et qui continue, au XXIème siècle, de faire du bien aux oreilles, au ventre, au cœur. J’espère que ces gars pourront poursuivre leur route encore longtemps comme ça.





(me cherchez pas sur la vidéo j'étais plus loin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8152
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Ten Years After, chez Paulette, Pagney derrière Barine 19/10   Lun 18 Nov 2013, 12:53

Merci pour la belle chronique ! C'est un peu l'impression qui m'en revient quand j'y étais allé il y a quelques années avec mon grand frère. Concert honnête, sincère et avec une profondeur humaine, surtout ça...
Bah c'est balot mais j'ai envie, si tu le permets, de dédier ta chronique à mon amie Hélène, disparue il y a un an, et qui, en vrai rockeuse convaincue (tendance même trashy par moment), adorait ce groupe et ce Joe Gooch avec lequel elle était très fière de s'être faite prendre en photo à quelques reprises...
Let it rock !

_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3674
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Ten Years After, chez Paulette, Pagney derrière Barine 19/10   Lun 18 Nov 2013, 21:37

Une petite pensée pour la regrettée, déjantée et très rock'n'roll Hélène. Qui mettait bien l'ambiance sur le zoo. A l'époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ten Years After, chez Paulette, Pagney derrière Barine 19/10   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ten Years After, chez Paulette, Pagney derrière Barine 19/10
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blaze Bayley - 17.09.2011 à Pagney derrière Barine "Chez Paulette"
» [18-05-2012] PAGNEY derrière BARINE (54) - Chez Paulette
» HOMMAGE à PAULETTE et son Pub Rock.
» UDO chez Paulette Le 28.10.2011
» pubrock chez Paulette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jazz Fusion Funk Et Plus :: Nous aimons, nous jouons et nous sortons ... :: Et les concerts ?-
Sauter vers: