Jazz Fusion Funk Et Plus

Forum de discussions à propos de tous les jazzs et musiques associées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3679
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   Mer 19 Aoû 2015, 11:19

Troisième rencontre scénique de ma vie avec la musique de Joëlle Léandre ce mercredi soir à Metz, et toute première fois avec son ami de vingt ans, l’accordéoniste Pascal Contet. Alors l’accordéon, ça va être une sacrée découverte aussi, faire tomber des oreilles les réminiscences de caravanes de Tours de France, bananes brillantinées et étincellements de ratiches grinçantes. Je le sais de source très sûre, et toutes les personnes sensées le savent, la palette d’émotions sonores qu’on peut générer avec un accordéon est  très étendue, à condition qu’il tombe dans les bras qu’il faut et face aux bonnes oreilles. Une contrebasse plus un accordéon pendant une heure, d’accord - tous les spectateurs de l’Arsenal ce soir sont d’accord pour entendre ce que peut donner une telle association.  « Quel  couple ! », commente Joëlle Léandre lorsqu’il est question de la longévité du duo et de l’entente qui y règne, et c’est vrai qu’il y a un peu  de ça : chacun arrive chargé de son bagage, au propre (quelques dizaines de kilos d’instruments de musique portés sur scène quand même) comme au figuré (écoutez ou lisez la vie de Joëlle Léandre, elle est passionnante), avec son humeur du jour aussi et il faut bien que ça fonctionne.  Posture, mains, regard appuyé, densité de ces secondes tues, déjà la musique, même si nous ne l’entendons pas encore. Le jeu de Joëlle Léandre part tout en harmoniques, on peut penser à une flûte -si on pense - Pascal Contet, lui, bâtit tout autour le son d’un orgue… Ça commence comme ça, et on se laisse vite captiver par ces flottements/frottements de timbres inattendus, les sonorités hybrides, émouvantes et mouvantes, qui nous sont exposées. L’oreille qui nous pousse pour l’heure qui vient est  une oreille réensauvagée d’animal aux aguets, oreille aguerrie et primitive à la fois, l’oreille qui – au contact de Cage et consorts - a désappris les tons pour mieux reprendre goût aux sons. C’est déjà un grand privilège que d’assister à la rencontre de deux instrumentistes aussi doués et expérimentés, chaque coup d’archet, chaque soupir que Contet soutire à sa machine étonne, épate ou ravit. Lorsque j’ai commencé à me rendre régulièrement à des concerts librement improvisés, j’ai cru remarquer que certains moments de l’improvisation étaient plus pleins que d’autres, que les moments de grâce découlaient généralement de phases de tâtonnement moins impressionnantes, voire parfois un peu ennuyeuses.  Ce genre d’alternance dialectique n’apparaît pas aussi clairement dans la musique créée sur le vif par Léandre et Contet : il s’y passe toujours quelque chose, une multitude de choses même, des choses géniales. De chaque idée de départ – un son, un geste, une caresse – même ténue ou incertaine, éclot une composition spontanée extrêmement cohérente, dans laquelle chaque partie apparaît nécessaire. Lorsque chaque recoin de la structure a été exploré, pas de chichis, pas de blabla, il est simplement temps de s’arrêter. D’une séquence à l’autre, les rôles sont constamment redistribués au sein de cet orchestre minimal, Léandre et Contet, tour à tour et simultanément, support et surface l’un pour l’autre, éléphant et porcelaine, force de proposition ou de superposition, … Chacun a des tours différents dans son sac. Contet gonflant/dégonflant des cathédrales à coups de soufflet, ou ici, aspirant l’harmonie jusqu’à faire événement du vacillement d’un son pur, là, cassant, rendant leur liberté à des molécules d’air qui ailleurs, autrement, feraient peut-être de jolies valses, scansions / dispersions digitales aléatoires – maintenant, on sait pour quoi sont faits les dizaines de boutons de cette drôle de boîte. Léandre, les deux pieds bien ancrés au sol, remonte des grondements puisés du fond des âges, ou du bout de l’archet, tranche la chair sonore comme un cuistot nippon découpe le fugu. L’ensemble est souvent très homogène, pâte de bruit dense qui craque ou fond, mais pour autant, ça ne se refuse rien, pas même de s’embarquer pour quelques mesures (virtuelles) dans de mélodieuses vétilles, pas par goût du kitsch ou par dérision, mais pour faire vibrer d’autres cordes d’arc encore, peut-être celles de la tendresse ou de la nostalgie, ou bien s’agit-il simplement d’élargir toujours plus l’horizon. Ca dit, ça sonne, à nous de trouver quoi faire avec. Un brin didactique, ou juste militante, Joëlle Léandre juge bon de nous rappeler que cet ensemble si riche et si parfait est complètement improvisé, et que c’est dans l’instant que cette double partition s’écrit. Mal informés, on pourrait effectivement se dire que tout a été chorégraphié puis répété mille fois comme une poursuite de voitures de film de Luc Besson. Ca n’aurait pas la même saveur. Les corps des musiciens, leurs postures, leurs gestes se complètent et se répondent eux aussi avec une grande précision. Pascal Contet assis, longiligne, pâle, dans son col roulé noir, Joëlle Léandre dressée, truculente, puissante, prolongée d’une ou deux têtes encore par le manche de son énorme instrument, présence intimidante partiellement désamorcée par ce bizarre petit bonnet fiché en haut du crâne, ce corsage bariolé et ces mimiques inimitables, qu’on n’imaginerait jamais coloniser la face d’un musicien d’orchestre respectable. Et pourtant… Tout le monde sait et sent bien que pour atteindre ce niveau de relâchement dans l’effort, il faut avoir dédié à l’art sa vie entière. J’apprends dans l’autobiographie de Joëlle Léandre, achetée le soir-même et entamée dans la foulée, que l’un de ses aïeux était clown chez Médrano, et c’est évident, il y a quelque chose d’un numéro d’Auguste et de clown blanc dans le jeu de scène de ce duo, la beauté de l’improvisation en plus. Joëlle Léandre clown, Joëlle Léandre pythie/poétesse aussi, qui invente sur le dernier morceau un équivalent verbal à son jeu de contrebasse, tournant et détournant des phrases du quotidien, du genre qu’on pourrait entendre à une caisse de supermarché, bégayant des évidences qui virent à l’opaque, où sens et sons des mots se fondent et se défont comme les notes brutes libérées des gammes et des accords entendues tout au long de ce concert. C’est là qu’il faut rire, on rit, le spectacle finit comme ça, sur un éclat de rire, et ils nous en auront fait voir, ces deux-là, voir, entendre, sentir… Les lumières se sont rallumées et le plaisir musical a pris fin - il ne reviendra plus jamais sous cette forme, mais l’appel des deux artistes à aller débusquer la beauté partout où elle se trouve résonnera encore bien au-delà de cet excellent moment. Superbe première expérience dans cette bien belle salle de l’Arsenal, qui sera, j’espère, suivie de beaucoup d’autres !


Dernière édition par Pierrou le Mer 19 Aoû 2015, 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8154
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   Mer 19 Aoû 2015, 17:23

Back to the chronicle !
Ah ! Ça fait plaisir !
Merci Pierrou Wink

_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3679
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   Mer 19 Aoû 2015, 18:36

EDIT : un de ses aïeuX
Merci d'avoir eu la patience de lire, c'était vraiment un super concert...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8154
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   Mer 19 Aoû 2015, 18:59

C'est toujours un plaisir !
Question: le disque de ce duo dont tu parlais l'autre jour, c'est un live à Poitiers en 2012, ressens-tu des similitudes à son écoute, avec ton concert, ou bien est-ce très différent ?

_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3679
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   Mer 19 Aoû 2015, 19:06

Des points communs oui, déjà dans la grande tenue de l'ensemble mais ça c'est toujours le cas chez Joëlle Léandre, elle est ultra rigoureuse, elle divague pas, et le type de sons que ça fait une basse et un accordéon. Après ce qu'il y avait en plus ou de différent l'autre coup c'était la drôlerie qui émane du truc, ces gens prennent la musique tellement absolument au sérieux, et ils la jouent tellement bien qu'ils peuvent se permettre de lâcher un peu de lest et d'être un peu joueurs. La poésie aussi, du son, des corps et des mots, elle a improvisé comme ça un poème sur le thème "c'est la fin" et c'était vraiment absurde et marrant, mais avec une forme de profondeur aussi, pas juste jouer sur les mots pour jouer sur les mots...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
Pierrou
Admin
avatar

Nombre de messages : 3679
Age : 38
Localisation : Saint Max, Lorraine
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   Mer 19 Aoû 2015, 19:13

Sur le Ouaibe aussi on trouve ceci,assez fidèle à l'expérience


A l'improviste - Carte blanche à Joëlle... par francemusique

Je m'explique toujours pas pourquoi j'ai pratiquement jamais pris le temps d'écouter cette émission fabuleuse d'Anne Montaron, avec des artistes toujours intéressants et de haut niveau, la preuve....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierrou.free.fr
dom's
Admin
avatar

Nombre de messages : 8154
Localisation : Une région au bord de l'aise ...
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   Mer 19 Aoû 2015, 19:37

Tiens, une autre...
Elle est musique en fait...

http://www.dailymotion.com/video/xn9za5_joelle-leandre-invitee-de-musique-matin-le-27-12-2011_music

(je sais pas insérer du dailymotion...)

_________________
"Ne jetez pas la pierre au jazz adultère, je suis derrière."

myspace
last.fm
blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/domimonk
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pascal Contet & Joëlle Léandre, l'Arsenal, Metz, 04/02/15
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» REVE D'ANTAN - Pascal Fonteneau, André Telman
» Pascal Le Corre, "la magie du déchiffrage"
» Liste des gagnants pour la répétition SDF par le Club
» marc-andre leger au dobro
» Pascal Le Corre, "l'art du trac"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jazz Fusion Funk Et Plus :: Nous aimons, nous jouons et nous sortons ... :: Et les concerts ?-
Sauter vers: